Dictateurs de tous les pays, unissez-vous!

Vladimir Poutine en vacances à Kyzyl, le 3 août 2009. ALEXEY DRUZHININ.AFP
Vladimir Poutine en vacances à Kyzyl, le 3 août 2009. ALEXEY DRUZHININ.AFP

Un spectre hante l’Europe : Poutine. Considérant que la chute de l’Union soviétique «fut la plus grande catastrophe du XXe siècle» Il se voue désormais à éviter toute nouvelle tentative d’émancipation, toute manifestation, toute rébellion, toute exigence de Liberté. Les Révolutions arabes ou ukrainiennes doivent prendre fin. Et seule la guerre peut y mettre un terme. La chute des dictateurs amis est vue comme une remise en cause de son propre régime. La contre-révolution ou la mort, voilà son credo.

Depuis le rassemblement de Deraa en mars 2011 pour demander des comptes aux autorités après l’arrestation et la torture des jeunes qui avaient tagué «Jay alek el ddor….»( ton tour arrive….) sur le mur de leur école, la Syrie est pour Poutine une question essentielle. Ces centaines de milliers de citoyens qui ont protesté pacifiquement dans tout le pays pour demander la libération des enfants de la Liberté sont une sérieuse menace contre sa vision du monde. Immédiatement les conseillers russes, les membres des services secrets, les officiers détachés qui entraînent, conseillent et alimentent en armements ce régime à la solde de Poutine, n’ont eu de cesse de prôner l’exemple magnifique de la mère de toutes les batailles, l’exemple réussi de l’écrasement de la rébellion par le massacre d’un peuple dans le silence de la communauté internationale :Grozny est le modèle, la référence, le but ultime. Non seulement les 200 000 Tchétchènes dont 40 000 enfants massacrés pour éliminer mille «terroristes», mais aussi ce coup de génie stratégique qui consiste à favoriser l’émergence de groupes terroristes absents au départ, pour justifier sa guerre totale contre toute la population. Frapper Maskhadov et faire monter l’émirat du Caucase. Frapper l’Armée Syrienne Libre (ASL) et favoriser l’expansion de Daech. Bref créer le terrorisme qui transforme aux yeux du monde une guerre de boucher en lutte anti-terroriste.

Cheval, sous-marins, mig

Ecrabouiller, éradiquer, torturer, tout peuple qui voudrait se libérer d’un régime oppresseur. Poutine zigouille, Poutine écrabouille. Poutine devient le maître à penser d’une Europe tétanisée. Poutine est un visionnaire. Un Prophète Novateur en supplices, inventeur de la «fosse aux loups», des «fagots humains», expert en trafic de «cadavres humains» – un registre est tenu dans le camp de torture et on ne rend aux familles le cadavre pour qu’elle puisse l’enterrer que contre des dollars en fonction de tarifs fixés par l’officier supérieur russe. Abkhazie, Ossétie du Sud, Géorgie, Ukraine, Syrie. Massacrer, terroriser, menacer, masser d’importantes concentrations de troupes, pointer les ogives nucléaires en direction de tous ceux qu’il veut intimider. Poutine à cheval, Poutine aux commandes d’un sous-marin lanceur d’engins, Poutine pilotant un Mig, Poutine judoka, Poutine plongeur de combat….. Il ne nous manque que Poutine actionnant la «gégène» pour torturer un opposant en hurlant calmement «je vais tous les buter jusque dans les chiottes.» Poutine nouveau conquérant, menant sa croisade contre l’Occident. Les troupes russes, dirigées par un ex-petit manipulateur du KGB, devenant l’avant-garde de la terreur mondiale. Le modèle pour gérer efficacement les crises «démocratiques» avec désormais à la tête le Généralissime chef de guerre et président du FSB : POUTINE le stratège. Assad menacé…. Il fait déclencher l’immense machine de terreur dans les usines-laboratoires de tortures que sont les prisons du régime de Damas.

Poutine conseille l’offensive militaire, planifie les destructions massives de toutes les villes insurgées. Il donne en exemple l’assassinat des opposants en Russie, Politkovskaïa, Estamirova, Nemstov et les condamnations des autres à de très longues peines de prison. Les isoler ! Montrer sa force ! Veiller en permanence au Conseil de sécurité de l’ONU pour qu’aucune résolution ne permettre d’apporter aide ou soutien au peuple Syrien. Soutenir, entretenir la boucherie d’Assad. Soutenir, entretenir l’extermination de la population. Réduire en miette, pulvériser…. Tenter les armes chimiques, puis tout faire pour empêcher les réactions internationales. Organiser le bombardement de Homs, d’Alep et des autres villes et villages avec un premier lâché de missile effectué par un Mig, puis, quelques minutes plus tard, quand les quelques secours aidés de la population essayent de gratter à main nue les tonnes de gravats pour tenter de soulager quelques blessés atrocement brûlés, les contrôleurs aériens coordonnent leurs ordres entre «services» russes et iraniens pour ordonner l’envoi d’hélicoptères chargés d’effectuer une deuxième frappe en balançant des barils d’explosifs bourrés de pièces métalliques pour mieux déchiqueter, terroriser les civils qui tentent de venir en aide à leurs familles écrasées et quelques instants plus tard quand les habitants désespérés tentent de s’orienter dans les nuages de poussières âcres et les fumées brûlantes pour dégager quelques corps ensanglantés ils reviennent pour une troisième fois en envoyant une nouvelle charge de mort sur ceux qui essayent de sauver enfants, femmes et résistants. D’heure en heure, de jour en jour depuis mars 2011….

La dictature ou le chaos

Poutine arme, conseille, organise, oriente le massacre du peuple syrien. Assad est son valet. L’Europe son témoin. Et les délégations de membres du FN ou de l’ex-UMP se succèdent au Kremlin. La présence de Marine Le Pen, Chevènement, Mariani, de quantité de sénateurs et de députés de gauche et du centre se relaient à Moscou pour discuter du bilan des expérimentations, de l’efficacité des nouvelles armes et d’orienter «l’information» en diffusant la propagande du FSB puis en repartant avec des subsides des services d’espionnage pour constituer des clubs, des conférences, animer les amicales franco-russes, de faire d’importants prêts pour que le FN continue sa politique de soutien à l’agression de l’Ukraine et de la Syrie. Ils testent et observent nos silences, nos reculades et nos vaines pétitions. Ce qui me vient à l’esprit, c’est 1936, l’Espagne quand Franco écrasait son peuple, quand Mussolini et Hitler participaient du grand massacre contre les républicains, quand ce laboratoire fut l’éprouvette des monstruosités à venir. Poutine est le conseilleur et le renfort essentiel, le petit laborantin, le grand expérimentateur. Et tous ceux qui, au nom du culte des Etats souverains, prônent la mise à mort de toute contestation ou rébellion en plaidant avec Onfray que «les dictatures laïques» sont en définitive les mieux à même de contenir les peuples. Poutine est le modèle, le maître-penseur d’une équation tragique : tous les révoltés contre les pouvoirs en place sont des terroristes. La seule solution, c’est la dictature ou le chaos. Le régime iranien qui a écrasé dans la terreur et la censure, est son meilleur complice pour qu’Assad démontre aux yeux du monde la mort et la vanité de tout élan révolutionnaire. La liberté sera noyée dans le sang des Syriens. Camarades, la contre-révolution est en marche.

Romain Goupil, cinéaste.

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *