Etat d’urgence planétaire: mettre fin à la guerre contre la nature

Tandis qu’on peut voir dans l’effondrement du pont Morandi la métaphore de l’ère de l’énergie fossile, quand le capitalisme industriel mettra-t-il un terme à la mise à sac des ressources de la Terre? En face, l’écologie est-elle à ce point incompatible avec la démocratie par les mesures radicales qu’elle implique?

Les économistes de la révolution industrielle voient en la nature un réservoir à disposition, rappelle Gilbert Rist (La tragédie de la croissance, 2018). «L’objet de l’industrie est l’exploitation du globe» (Doctrine de Saint-Simon, 1830). L’homme se substitue au Créateur. Le culte de la croissance et le mensonge d’un gâteau redécoupé en parts égales prennent le relais. La supercherie d’un PIB occultant les dégâts environnementaux, dont Robert Kennedy dit en 1968 qu’il «mesure tout, sauf ce qui fait que la vie vaut d’être vécue», enfonce le clou.

Epuisement des ressources

Si la critique sociale du capitalisme donne quelques fruits dès 1819 avec le Genevois Sismondi, les environnementalistes se voient en revanche frappés d’ostracisme pluriséculaire. C’est que, pour Cornelius Castoriadis, l’écologie est «subversive» en condamnant l’«impact catastrophique» du capitalisme sur la nature (Une société à la dérive, 2005). Barack Obama avouait d’ailleurs son impuissance: «Si le message est d’ignorer les emplois et la croissance pour traiter la question climatique, je ne pense pas que quiconque s’engagera dans cette voie.» Même les Verts (qu’il faudrait littéralement radicaux et non libéraux) abandonnent une grande partie de leurs idéaux, électoralement suicidaires.

L’écrivain Edward Moore constate dès 1755 que «l’homme consomme à profusion plus vite que la Terre ne peut produire». L’essayiste Eugène Huzar parle d’une «planète finie» dans L’arbre de la science en 1857. Le biologiste Patrick Geddes met en évidence dès 1880 le «formidable gaspillage de ressources» de l’industrialisation. En 1948, Fairfield Osborn (Notre planète au pillage) évoque l’«autre guerre mondiale», bien plus dévastatrice, de l’homme contre la nature. Alexandre Soljenitsyne condamne, dans sa Lettre aux dirigeants de l’Union soviétique (1973), une «croissance continue» qui a «fourvoyé l’humanité».

Récemment, des auteurs démontrent l’épuisement des ressources fossiles, mais aussi à moyen terme des minerais et des métaux. Pablo Servigne et Raphaël Stevens (Comment tout peut s’effondrer, 2015) insistent sur la détérioration de plus en plus rapide du ratio entre énergies produite et investie, qu’ils situent au-dessous du minimum rentable. «Un déclin énergétique annonce rien moins que la fin définitive de la croissance économique mondiale.» Les subventions aux énergies fossiles et aux compagnies extractivistes (5300 milliards de dollars en 2015, selon le FMI) maintiennent l’illusion d’une énergie bon marché. Quant aux énergies renouvelables, elles «ne posent pas forcément de problème en tant que telles […], mais c’est l’échelle à laquelle certains imaginent pouvoir en disposer qui est irréaliste» (Philippe Bihouix, L’âge des low-tech, 2014).

Choisir entre le cosmos et le chaos

Avant de songer à une dictature écologique, l’urgence va au retournement de la pensée, polluée par l’eldorado à jamais perdu des Trente Glorieuses: voir la nature comme un partenaire nanti de personnalité juridique, et non plus un sous-ensemble de l’économie. La COP24 doit décréter l’état d’urgence planétaire et fixer à une planète l’empreinte écologique par pays (contre 3 pour la Suisse). Abolir le PIB, en finir avec la «techno-béatitude» ou le mirage du numérique propre (le seul transit des données entre serveurs génère autant de CO2 que l’industrie aérienne) constituent des priorités. Taxer les transports à leur coût réel quitte à le multiplier par dix, porter à vingt ans la garantie légale des objets et généraliser leur consignation, basculer vers l’agro-écologie, interdire l’élevage et la pêche industriels, fixer le salaire maximum au double du salaire médian pour éviter le superflu éhonté, prohiber la voiture (en ville au moins), bannir la publicité commerciale participent de l’éventail d’impératifs n’apparaissant liberticides que circonscrits à la faillite morale de notre confort d’Occidentaux chauffant les terrasses de café en hiver.

En 1866, constatant l’épuisement du charbon, l’économiste William Jevons posait l’alternative d’un «choix historique entre une brève grandeur et une plus longue médiocrité», au risque, tel «Midas ou l’homme de Dollar» (1932) de Gilles, de «crever de famine sous des montagnes d’or» et de déchets, dans l’abondance matérielle mais l’anéantissement des (sous-)sols. L’autolimitation remet en question le progrès indéfini hérité des Lumières. Elle inflige une quatrième mais salvatrice blessure narcissique à l’humanité après l’héliocentrisme de Copernic, l’évolutionnisme de Darwin et l’inconscient de Freud. La civilisation grecque faisait de l’hubris (la démesure) le pire des crimes: il nous reste à décider entre le cosmos, l’harmonie avec la nature, ou le chaos.

Grégoire Gonin, historien.

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *