Madagascar

The rainforests of Didy in eastern Madagascar usually ring with the calls of the indri, the island’s largest lemur. There is a different noise now: the chopping of trees, digging of gravel, and cheers of encouragement from the thousands of illegal miners who have flooded to these forests since sapphires were discovered in late September.

Bemainty, an area in the west of Didy, is experiencing a sapphire rush. Rosey Perkins, a gemologist, visited soon after the rush began in October. She estimated 45,000 people were already involved and that the mine was growing by 1,500 to 2,000 people a day. By now it may be significantly bigger.…  Seguir leyendo »

Le 17 mars 2009, un putsch militaire destituait le président élu de Madagascar. Les mutins le contraignaient à l’exil et installaient au pouvoir à Tananarive le jeune maire de la capitale, Andry Rajoelina. La révolte contre le président de la Grande Ile Marc Ravalomanana, par ailleurs magnat de l’agroalimentaire, avait connu son paroxysme le mois précédent. Le 7 février, une trentaine de personnes furent tuées et plus de 200 blessées lors d’une marche des partisans de Rajoelina sur le palais présidentiel.

Cela fait 1500 jours que le peuple malgache assiste, impuissant et résigné, aux manœuvres dilatoires et aux promesses reniées d’un régime illégitime qui s’accroche au pouvoir pour conserver ses privilèges.…  Seguir leyendo »

Le 17 mars 2009, un putsch mené par un quarteron d’officiers malgaches contraignit l’ex-homme d’affaires Marc Ravalomanana à abandonner le pouvoir et à s’exiler. Pendant sa présidence (2002 à 2009), il s’était attiré l’antipathie de la France, l’ancienne puissance coloniale, et la colère d’une large frange de ses concitoyens qui lui reprochaient de confondre ses propres intérêts avec ceux de la nation. Un jeune francophile à l’ego démesuré, Andry Rajoelina (36 ans), maire de la capitale Tananarive et instigateur du coup d’Etat, s’empressait de monopoliser le pouvoir. Il voulait, clamait-il, gérer la transition et organiser des élections. En deux ans de gouvernance chaotique, de promesses reniées, d’accords non appliqués, cet «enfant capricieux» comme le qualifie un diplomate français a précipité la grande île de l’océan Indien dans une crise économique, sociale, humanitaire et écologique sans précédent.…  Seguir leyendo »

By Johary Ravaloson, a lawyer and novelist. This essay was translated by The Times from the French (THE NEW YORK TIMES, 26/03/09):

If I had written this a few days ago, I would have discussed the classic choice between legality and legitimacy, urging the return of a state of law. I would have concluded by calling for adherence to a peculiarly Madagascan concept, fihavanana, which places the highest good on maintaining existing social ties. But things here have taken an odd turn and I no longer know what to think.

This island nation became a country of two presidents and two governments at the end of January.…  Seguir leyendo »