Minerales de sangre

Contrairement aux idées reçues, la sécurité et la traçabilité des « minerais de sang » – tungstène, étain, tantale, or, cobalt, dont le trafic clandestin finance les groupes armés d’une des guerres civiles africaines les plus longues et les plus sanglantes du continent – se sont considérablement améliorées en République démocratique du Congo (RDC).

Sous l’égide de la Conférence internationale de la région des Grands Lacs (CIRGL [organisation régionale]), les efforts de traçabilité de ces minerais sont certes coûteux pour les mineurs artisanaux, mais ils ont presque éradiqué les trafics dans le tungstène, l’étain et le tantale. La future mine industrielle d’étain de Bisié, pilotée par la société Alphamin, qui devrait commencer à produire fin 2019, témoigne de cette confiance retrouvée.…  Seguir leyendo »