Libération

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados a partir del 1 de abril de 2009.

A la connaissance du résultat du vote de mardi sur l’accord négocié par la Première ministre, Theresa May, avec l’Union européenne, les partisans des deux camps attroupés devant le palais de Westminster ont applaudi. Pour les uns, brexiters durs, ce vote contre exprimait le refus du compromis et la promesse d’une sortie plus définitive de l’UE. Pour les autres, europhiles, il avait le mérite de ralentir le processus de sortie et d’ouvrir la porte à un second référendum que les sondages d’opinion prédisaient plus favorable au remain. La joie bruyante des militants et supporters donnait ainsi sens à la convergence des votes négatifs des 248 députés travaillistes (sur 256) et des 118 députés conservateurs (sur 317), énième illustration du clivage occasionné par l’enjeu européen depuis… les années 50.…  Seguir leyendo »

Le Web existe officiellement depuis le mois de mars 1989. Il s’est construit sur différentes strates, dont la rétro-archéologie pourrait être la suivante. D’abord, le «World Wide Web». Le Web des documents : ses utilisateurs, ses ingénieurs, ses interfaces et ses intérêts économiques, tout sur la planète web tourne autour de l’axe documentaire. Il faut indexer, classer, donner accès à ce qui va très vite devenir une quasi-infinité de documents d’abord disponibles sous forme de texte, puis d’images, dans des pages et des sites. Ensuite, un «World Live Web» car tout s’accélère, de la production des contenus à leur mise à disposition quasi instantanée dans les architectures de moteurs de recherche qui se font désormais fort d’indexer toute l’actualité et ce en temps réel.…  Seguir leyendo »

Des manifestants jettent de pierres contre les forces de l'ordre après avoir érigé des barricades de fortune le 25 décembre 2018 à Kasserine, en Tunisie Photo Hatem SALHI. AFP

Pour son huitième anniversaire, la révolution tunisienne hésite entre le tragique et le découragement. Tragique quand des individus ne voient plus d’autre issue que le suicide, à l’instar du journaliste Abderrazak Zorgui qui s’est immolé le 24 décembre dernier, ou encore quand ils risquent clairement leur vie en traversant la Méditerranée sur des embarcations de fortune. Au-delà de ces cas extrêmes, la Tunisie se vide de personnels diplômés, notamment des médecins qui préfèrent chercher une autre vie en France ou au Canada.

Tout cela s’opère dans un environnement maussade et sur la base d’un constat récurrent de crise. La Tunisie est structurellement marquée par une difficulté à offrir à ses jeunes diplômés des emplois en accord avec leurs qualifications.…  Seguir leyendo »

Manifestation de gilets jaunes place de la Bourse à Paris, le 5 janvier. Photo Denis Allard pour Libération

La force du mouvement des gilets jaunes réside principalement dans le soutien de l’opinion publique qu’il a su susciter et conserver malgré l’extrême violence des casseurs, des pillards, et d’une fraction des gilets jaunes eux-mêmes. Tant que ce soutien subsistera, qu’il soit «d’identification» ou de «sympathie», ce mouvement pourra se poursuivre, surtout s’il sait renouveler ses formes d’action et prendre ses distances avec ses violents. Du fait de sa grande hétérogénéité, de l’absence en son sein de leader charismatique fondateur, de son refus aussi de se structurer, ce mouvement est incapable de se constituer en force politique autonome. C’est pourquoi il est d’ores et déjà l’enjeu d’une lutte intense entre forces politiques qui cherchent à le récupérer, en partie ou en totalité.…  Seguir leyendo »

Samedi 5 janvier à Bordeaux. Les gilets jJaunes se rassemblent place de la Bourse avant de partir manifester dans les rues. Photo Thibaud Moritz pour Libération

Face à l’hyperlibéralisme mondialisé et au gâchis humain qu’il produit, des violences radicales s’expriment, elles lui appartiennent. «Les hommes ressemblent plus à leur époque qu’à leurs pères», rappelait l’historien Marc Bloch. La nôtre ne fait pas exception. Qu’il s’agisse des révoltes sociales, des votes antisystème nationalistes et xénophobes, voire d’actes terroristes, la contagion affective d’individus de plus en plus isolés, désolés, joue à pleins tuyaux. L’opinion publique comme les foules numériques agissent par procuration, elles prélèvent sur les réseaux sociaux les informations qui leur manquent pour donner un sens et une cohérence à leur quotidien. Elles cherchent désespérément des moyens de sortir de l’apathie qui menace tous les régimes politiques lorsqu’ils deviennent orphelins des idéologies et des fictions qui font rêver les peuples.…  Seguir leyendo »

Le portrait de Marielle Franco, la conseillère municipale de Rio assassinée le 14 mars, sur un mur de São Paulo, le 28 novembre. Photo Sebastião Moreira. EFE. Sipa

Pour la seconde fois en moins d’un an, me voilà de retour au Brésil. Je suis invitée au salon du livre de Porto Alegre, puis je dois présenter à São Paulo la traduction d’Inyenzi ou les cafards : Baratas, avec mon éditrice (éditions Nos),le troisième de mes livres parus au Brésil. Enfin, je dois participer au forum Women of the World, soutenu par le British Council en partenariat avec l’ONG Redes da Maré qui œuvre en faveur des femmes dans les favelas du même nom. J’avais gardé un souvenir ébloui de ma première visite au Brésil tant la ferveur de mes lecteurs pour mes livres m’avait touchée.…  Seguir leyendo »

Abderrazak Zorgui s'est immolé à Kasserine le 24 décembre. Photo capture d'écran sur YouTube

Rien de plus troublant de voir des êtres humains se donner la mort de la façon la plus atroce en s’immolant pour protester. Rien de plus tragique que de voir aujourd’hui des Tunisiens se suicider pour appeler à une nouvelle révolution en Tunisie. Mais cela est plus lourd de sens encore quand il s’agit d’un journaliste comme le fut Abderrazak Zorgui qui a voulu réveiller les consciences par le sacrifice de sa vie, le 24 décembre. Lourd de sens et de signification car les journalistes ne sont pas a priori les plus démunis. Ils disposent d’un moyen redoutable pour agir sur le monde : l’écriture.…  Seguir leyendo »

Danse de l'ours à Comanesti, fin décembre 2013. La cérémonie porte chance pour l'année à venir. Photo Bogdan Cristel. Reuters

Dans le nord-est de la Roumanie, chaque année, la commune d’Asau est le théâtre d’une drôle de parade. Dans le silence du village endormi sous la neige, chacun se prépare à revêtir la peau de l’ours. Nul ne se souvient à quand remonte la première «danse de l’ours» à Asau, mais elle s’est transmise de génération en génération. «De mémoire d’homme, on a toujours dansé l’ours à Asau. Mon père et mon grand-père le faisaient déjà», raconte Danut Nicodim, responsable de la bande des ours d’Asau.

Autour du nouvel an, les danseurs disparaissent dans les peaux de bêtes, qui pèsent jusqu’à 30 kilos, directement cousues sur eux.…  Seguir leyendo »

Depuis déjà une semaine, des milliers de personnes battent de nouveau le pavé à Budapest et ailleurs en Hongrie, bravant le froid, pour s’opposer à une série de nouvelles lois du gouvernement de Viktor Orbán. C’est l’adoption par le Parlement de deux lois en quelques heures à peine qui aura mis le feu aux poudres. Celle qui est surnommée «la loi esclavagiste» permettra aux employeurs d’exiger de leurs employés jusqu’à 400 heures supplémentaires par an, payables jusqu’à trois ans plus tard.

La seconde établit une nouvelle juridiction administrative qui traitera un large éventail de litiges, dont les affaires électorales, les cas de violence policière, l’asile et les marchés publics.…  Seguir leyendo »

A en croire certaines opinions parues dans la presse, le tueur présumé du marché de Noël à Strasbourg n’aurait rien à voir avec l’islam. «Chérif Chekatt ou le faux jihadiste», écrivait le sociologue Farhad Khosrokhavar dans les pages Débats du Monde. Dans la même rubrique, le sociologue de l’université Paris-XIII Daniel Verba surenchérissait dans cette rengaine dénégationniste: «Il n’y a en quelque sorte que de faux jihadistes» (15 et 18 décembre 2018). Selon eux, le crime aurait été commis «par désespoir», dû à la «souffrance psycho-affective» d’un «jeune de banlieue» faisant partie des populations «racisées» – ce dernier terme relevant du lexique militant du Parti des Indigènes de la République, soudain hissé par certains universitaires à la dignité de concept des sciences sociales.…  Seguir leyendo »

Les 27 chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne se sont réunis les 13 et 14 décembre à Bruxelles pour le Conseil européen. A l’agenda étaient discutés le budget pour les sept prochaines années et la question migratoire. Teintés d’impératifs sécuritaires et économiques, les documents préparatoires et l’issue des discussions ont replié un peu plus l’Europe sur elle-même, l’éloignant davantage des citoyens. La solidarité au sein et à l’extérieur de nos frontières, condition de la paix et du contrat social communautaire, semble être la grande perdante de ces négociations.

Repli

Ce n’est bien sûr pas nouveau mais l’affirmation toujours plus brutale des égoïsmes nationaux brouille l’objet européen et renforce un peu plus la défiance des peuples, que le camp des quelques progressistes au pouvoir entend vouloir contrer.…  Seguir leyendo »

A Bordeaux, des gilets jaunes dansent devant les CRS non loin de la place Pey Berland. Photo Thibaud Moritz pour Libération

Le mouvement des gilets jaunes trouve sa source dans un sentiment d’injustice face aux inégalités et aux choix qui les renforcent tout en prétendant lutter contre les «inégalités de destin». Ces inégalités tiennent d’abord à l’envolée des très hauts revenus et à l’accoutumance, et parfois à la complaisance, de la société envers des niveaux de rémunération obscènes. Surtout, le choix de favoriser ceux qui sont déjà les plus aisés, à travers le remplacement de l’ISF par l’IFI notamment, a accrédité l’idée que le pouvoir s’était rangé du côté des vainqueurs et converti leur fortune en morale. Aux autres est renvoyée la responsabilité personnelle de leur infortune, de leur immobilité, de leur petitesse, interprétée avec condescendance comme de l’inexistence sociale («ceux qui ne sont rien»).…  Seguir leyendo »

Facebook a eu un rôle indéniable dans la victoire surprenante de Donald Trump en novembre 2016. La question n’est plus de savoir s’ils l’ont fait, mais de savoir s’ils l’ont fait avec l’accord de Donald Trump et de son entourage. Il appartient maintenant à la justice américaine d’éclaircir les nombreuses zones d’ombre, en particulier la manière dont les services russes ont utilisé ces nouvelles technologies pour influencer les électeurs. La puissance et l’impossibilité actuelle de contrôler Facebook sont reconnues par son propre créateur, Mark Zuckerberg. En avril, il déclarait devant le Congrès des Etats-Unis : «Il est clair maintenant que nous n’avons pas fait assez pour empêcher que ces outils soient utilisés pour faire du mal.…  Seguir leyendo »

Compte Instagram de Romy Alizée.

Le 24 novembre 2018 à 10 heures, je me suis connectée à Instagram pour partager l’une de mes dernières images, un autoportrait où je pose avec une amie, et un long double gode. J’avais pris soin de penser cette photo sans nudité. Pas par crainte de la voir signalée, mais par simple choix artistique. Cette photo fut ma dernière publication. Mon compte a été supprimé quelques heures après, sans le moindre mail explicatif. Il y a trois ans, Facebook me faisait déjà le coup. 72 heures plus tard, après avoir rendu public mon petit coup de gueule et gentiment contesté auprès d’Instagram la suppression de trois ans de contacts, photos et échanges de messages, je reçois un mail de leur part.…  Seguir leyendo »

Gramsci les appelle «crises organiques». Récurrentes dans l’histoire moderne, elles plongent leurs racines dans une économie à bout de souffle. La croissance est faible ou nulle, le chômage au plus haut, les finances publiques en déficit structurel, les inégalités s’accroissent. Pour la majorité, les conditions de vie se durcissent, la frustration s’accumule. Longtemps, les «subalternes» demeurent passifs. Mais soudain ils entrent en action, et au début personne n’y comprend rien. Les commentateurs réfléchissent au moyen de catégories passées. Or le passé n’est plus, même si le futur n’a pas encore eu le temps d’éclore.

La protestation manque de cohérence : revendications de gauche, de droite, économique, politique, de court et de long terme, le cahier des doléances est un fourre-tout.…  Seguir leyendo »

Comment analyser le mouvement des gilets jaunes ? La recherche en management, et en particulier la théorie des organisations, peut donner des clés de compréhension.

Les gilets jaunes constituent bel et bien une organisation. Mais quel type d’organisation ? Pas de hiérarchie apparente, pas de règles pour guider l’action, pas de surveillance du respect de ces règles, et pas de sanctions en cas de non-respect… Il s’agit de ce que des chercheurs suédois ont baptisé une organisation «partielle» reposant uniquement sur le critère d’appartenance. Une organisation composée d’individus hétérogènes seulement réunis autour du symbole du gilet jaune et du besoin partagé d’être «vus».…  Seguir leyendo »

Il y a deux mois, le 12 septembre, le Parlement européen votait massivement pour un projet de directive permettant à la presse et aux agences d’espérer être enfin rémunérées par les géants du Net. Alors que depuis des années ces derniers reprennent au quotidien des milliers de contenus médias sans payer un centime à ceux qui les produisent.

Ce vote historique du «droit voisin» a été rendu possible grâce à la mobilisation inédite des journalistes et au courage des députés européens malgré une pression intense et sans précédent des grandes plateformes.

Le texte doit maintenant faire l’objet d’un consensus entre le Parlement, le Conseil des ministres et la Commission européenne.…  Seguir leyendo »

Le mouvement des gilets jaunes marque la première révolte contre l’ubérisation de la société. Ses formes ne sont pas inconnues, elles renvoient aux origines mêmes de notre république sociale. L’«ubérisation» radicalise le modèle libéral et productiviste qui s’est imposé dans le monde au début des années 80, avant d’entrer en crise en 2008. La raison dictait alors, comme dans les années 30, un renforcement de la protection sociale et un retour aux politiques de soutien de la demande, mais orientées massivement vers la transition écologique.

C’est le contraire qui s’est produit. L’Etat-providence a poursuivi sa régression. Les crises écologiques ? On y pense et puis on oublie.…  Seguir leyendo »

A l’automne 2014, je foulais le sol de Lampedusa. Parmi les images à jamais gravées dans ma mémoire, le cimetière des bateaux, mélange de coques de bois aux couleurs vives, d’odeur d’huile et d’essence. A l’intérieur, des vêtements, étoffes et chaussures jonchaient le sol aux côtés de bidons et bouteilles. Un triste décor pour les témoignages des garde-côtes de l’île, du prêtre et de la maire, évoquant la difficulté des opérations de sauvetages par tous les temps à toute heure pour arrachés des hommes, des femmes et des enfants à l’enfer de la haute mer. Lampedusa à jamais marquée par ce naufrage du mois d’octobre 2013, où probablement plus de 300 vies furent englouties par la mer.…  Seguir leyendo »

«L’Europe souffre ainsi de meurtre et d’abstraction. Mon opinion est qu’il s’agit de la même maladie.» Ce diagnostic d’Albert Camus sonne comme la formule universelle de toute violence. Violence du discours qui essentialise l’individu pour faciliter sa destruction symbolique, car les silhouettes de syllabes ont le bon goût de ne pas saigner quand on les frappe. Violence sociale qui s’abat discrètement sur ceux que les difficultés économiques accablent un peu plus chaque jour, les ignorés d’un monde qui les invisibilise pour tranquilliser les consciences. Violence du politique, dont les mesures peuvent atteindre les moins chanceux dans leur chair sans éclabousser les décisionnaires.…  Seguir leyendo »