Pour une Allemagne européenne plus forte

La CDU (Union chrétienne-démocrate) est le parti politique européen par excellence en Allemagne. Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, grâce en particulier à la détermination des chanceliers Konrad Adenauer, Helmut Kohl et maintenant Angela Merkel, il n’a cessé d’oeuvrer au rapprochement entre les peuples sur le continent pour que l’Union européenne devienne une véritable communauté de valeurs, fondée sur la dignité de l’homme, la liberté, la démocratie, l’Etat de droit et la paix.

La solidarité et la subsidiarité sont les grands principes sur lesquels repose cette communauté qui lie les Européens entre eux. Avec la responsabilité de chaque Etat membre pour soi-même, ils constituent la base du fonctionnement du projet européen. Ils sont également un atout précieux pour l’avenir car les Européens ne tireront leur épingle du jeu, dans un monde globalisé et multipolaire, que s’ils défendent ensemble leurs valeurs et leurs intérêts.

IL EST PRIMORDIAL QUE L’UE SE RENFORCE

La crise qui frappe actuellement la zone euro ne doit pas occulter le fait que le monde change, que de nouvelles puissances économiques et politiques émergent, en Asie notamment, avec une population jeune qui croît rapidement tandis qu’elle diminue et vieillit en Europe. C’est justement pour répondre à ces défis, et continuer d’assurer aux Européens stabilité, croissance et sécurité sur le continent, qu’il est primordial que l’UE se renforce dans les mois et les années à venir.

La priorité doit être donnée aux mesures visant à une sortie de crise efficace et durable, en approfondissant le travail effectué depuis 2008 au niveau des Etats membres et à l’échelle européenne et cela même si, dans un premier temps, certaines mesures sont malheureusement douloureuses pour les pays concernés. La réduction des dettes et des déficits publics et le renforcement de la coordination des politiques budgétaires nationales constituent ainsi un objectif essentiel et qui doit absolument être atteint pour stabiliser la zone euro et redonner confiance aux citoyens, aux investisseurs et aux marchés.

Il est également indispensable que les Etats membres poursuivent leurs réformes structurelles afin de renforcer leur compétitivité, de retrouver le chemin de la croissance et de consolider la monnaie unique. C’est également la réponse la plus efficace, à long terme, au problème du chômage, et notamment celui des jeunes qui atteint, dans de nombreux pays de l’Union, des proportions alarmantes et tout à fait inacceptables.

Que cela soit dans les différentes capitales européennes ou au sein des institutions de l’UE, il est important, par ailleurs, que tous ceux qui contribuent, au quotidien, à surmonter la crise respectent les politiques et les accords conclus au niveau européen et s’attachent à les mettre en œuvre dans un esprit d’équipe et de façon coordonnée. Il en va autrement de la crédibilité du projet européen dans son ensemble et de l’Union économique et monétaire avec sa monnaie unique en particulier.

FAIRE AVANCER LE PROJET COMMUNAUTAIRE

De plus, pour surmonter la crise et sortir renforcée de cette épreuve, l’UE a besoin d’une coopération étroite entre la France et l’Allemagne, sans que celle-ci ne domine ou n’éclipse pour autant les autres partenaires européens. Cela est un défi car ces deux pays ont des traditions et des références politiques, économiques, sociales et culturelles différentes, mais l’histoire de la construction européenne prouve que Paris et Berlin sont capables de surmonter leurs divergences et de se mettre d’accord pour faire avancer le projet communautaire.

En tant qu’ancien président du Parlement européen et seul député à siéger au sein de cette assemblée depuis 1979, je suis également convaincu que, pour préparer l’avenir, au-delà d’une politique économique et financière mieux coordonnée et efficace, il est indispensable que l’Union européenne se fixe de nouveaux objectifs.

Le premier d’entre eux devrait être l’approfondissement de la politique étrangère, de sécurité et de défense commune qui vise à renforcer le rôle de l’UE dans la gestion de crises militaires et civiles hors de ses frontières. Les Européens devraient être ambitieux dans ce domaine-clé à l’échelle internationale, en particulier dans le contexte d’une situation très instable au Proche-Orient et en Afrique du Nord.

Le Conseil européen des chefs d’Etat et de gouvernement, qui sera consacré à cette question au mois de décembre, constituera un rendez-vous important. Espérons qu’il engendrera une nouvelle dynamique.

Les chrétiens-démocrates allemands sont bien conscients du fait que leur pays doit beaucoup au processus d’intégration européenne. Ils savent combien c’est un atout pour l’Allemagne de participer à une communauté de valeurs et de droit unique au monde, qui compte plus de 500 millions de personnes dans maintenant 28 pays membres et qui concourt, depuis sa création, à la stabilité économique et à la prospérité du continent.

Les chrétiens-démocrates savent également que c’est quand les pays européens parlent d’une seule voix qu’ils sont le plus entendus sur la scène internationale. Ils ne veulent donc pas d’une Europe allemande, mais bien plus d’une Allemagne européenne, qui assume ses responsabilités en tant que première puissance économique au sein de l’UE, et qui travaille avec ses partenaires à l’approfondissement du processus européen.

Un troisième mandat d’Angela Merkel en tant que chancelière fédérale permettra à l’Allemagne de travailler selon ces principes, pour venir à bout de la crise économique et financière qui touche l’Europe depuis maintenant cinq ans, et pour préparer le continent aux grands défis géopolitiques, économiques et culturels de ce siècle.

Pour mener à bien ce projet, la chancelière, et avec elle son parti, la CDU, ont besoin du soutien de leurs partenaires – en Allemagne, mais aussi partout en Europe et en particulier chez son plus proche voisin, de l’autre côté du Rhin.

Hans-Gert Pöttering, président de la Fondation Konrad Adenauer et ancien président du Parlement européen.

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *