Pourquoi l’intelligence artificielle ne remplacera pas le cerveau humain

Avez-vous remarqué que presque tout ce qu’on lit ces jours-ci mentionne le terme d’intelligence artificielle (IA)? L’intelligence artificielle gère nos smartphones; elle est impliquée dans les voitures sans conducteur; dans la reconnaissance du langage, dans celle du visage… et bien d’autres choses encore ! Et cependant nous avons beaucoup de mal à comprendre de quoi il s’agit. Pourtant il ne s’agit pas de physique nucléaire, mais tout simplement d’informatique!

Dans l’intelligence artificielle tout est calculé au préalable

De fait, l’intelligence artificielle est un programme d’ordinateur ou un logiciel (composé de formules mathématiques appelées algorithmes) qui est doté d’un mécanisme pour «apprendre» (souvent appelé «machine learning»). Les ingénieurs en informatique construisent les programmes de telle sorte que leurs codes puissent lire des images, du texte, de la vidéo ou de l’audio. Ces codes sont ensuite introduits dans l’ordinateur afin que la machine apprenne comment effectuer ces tâches. Par la suite, d’énormes quantités d’informations (les fameux «big data») peuvent être introduites dans l’ordinateur, par exemple des milliers de photos de visages, et l’ordinateur «apprend» à reconnaître un visage particulier.

La machine est donc maintenant équipée pour faire quelque chose plus rapidement et plus précisément qu’un humain. Par exemple, après une attaque terroriste, l’ordinateur peut passer en revue rapidement des milliers d’heures de vidéosurveillance et trouver un visage particulier parmi d’innombrables autres.

Intelligence artificielle et réseaux neuronaux

Allons plus loin : pour que l’ordinateur effectue une tâche spéciale, les ingénieurs informaticiens peuvent créer une manière de «réseau neuronal». Mais attention, ce réseau n’a rien à voir avec un réseau neuronal humain tel que nous en avons dans notre cerveau. C’est que le réseau neuronal de l’intelligence artificielle implique toujours la conception préalable d’un programme informatique (un algorithme) qui reliera une information à l’autre.

Et pour effectuer des tâches plus complexes en intelligence artificielle, les ingénieurs ont la possibilité de superposer plusieurs de ces couches de «réseaux neuronaux». Par exemple, Ces réseaux neuronaux peuvent être formés pour reconnaître un visage en s’entraînant d’abord sur d’innombrables images. Une fois que l’ordinateur a appris à reconnaître un visage (par opposition à une main), le réseau utilise cette connaissance pour identifier les visages qu’il a déjà vus, même si l’image de la personne est légèrement différente de celle sur laquelle il a été entraîné. C’est ce qu’on appelle l’apprentissage en profondeur, en anglais le «deep learning». Mais il repose toujours, répétons-le, sur des algorithmes préalables.

Il n’y a pas de limite à ce que l’intelligence artificielle peut faire tant qu’elle a suffisamment de données et qu’elle dispose d’une puissance de calcul énorme. Nous savons que les robots ont remplacé de nombreux emplois dans l’industrie manufacturière, mais ils peuvent aussi faire des travaux dangereux, comme retirer des mines terrestres ou nettoyer des sites contaminés après une catastrophe nucléaire, comme au Japon.

L’intelligence artificielle ne remplacera pas le cerveau humain

L’intelligence artificielle peut devenir conseiller financier; aider les médecins à diagnostiquer les maladies; aider les enseignants dans leurs salles de classe; soutenir les courtiers en valeurs mobilières, les conseillers d’affaires; et même les créateurs de mode. A l’avenir, l’intelligence artificielle aidera à améliorer la mobilité des personnes âgées et cela même au moyen de prothèses neurales implantables. Enfin, contrairement à la croyance populaire, l’intelligence artificielle donnera lieu à de nouvelles formes de travail.

Reste la grande question : L’intelligence artificielle remplacera-t-elle le cerveau ? Impossible! Le cerveau humain est le supercalculateur le plus puissant sur terre. Pour ce faire, il consomme l’énergie équivalente à une ampoule, comparé aux superordinateurs utilisés dans la technologie de l’intelligence artificielle qui nécessitent, eux, d’énormes quantités d’énergie.

Ce qui fait que le cerveau est unique

Résumons: le cerveau a plus de 100 trillions de neurones ou de cellules électriquement conductrices qui nous donnent l’incroyable puissance de calcul que seul le cerveau humain possède. Il est important de se rappeler que nous ne savons même pas comment fonctionne le cerveau. Avant de pouvoir l’imiter, il faudra des décennies de recherche en neurosciences pour avoir une idée vague de son fonctionnement. En ce sens, on peut se rassurer : l’intelligence artificielle ne dépassera pas l’intelligence humaine dans un proche avenir.

Ann Kato est professeure honoraire en Neurosciences, Faculté de Médecine, Université de Genève.

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *