Qui a perdu à l’Unesco?

Depuis dix ans, mes amis et moi avons pris l’habitude de tenir chaque jeudi une sorte de salon littéraire auquel participent des amoureux de la culture de tous âges et de toutes tendances. Cette semaine, une trentaine de personnes y assistaient. «Qu’avez-vous ressenti en apprenant que (le ministre de la culture égyptien) Farouk Hosni avait perdu l’élection au poste de directeur de l’Unesco ?», leur ai-je demandé.

Je fus surpris des réponses. Une personne déclara que Farouk Hosni avait été traité de manière injuste alors qu’il méritait le poste en raison de ses talents, et deux personnes affirmèrent regretter qu’une fonction internationale de premier ordre ait ainsi échappé à l’Egypte. Tous les autres participants, en revanche, avouèrent qu’ils avaient accueilli avec plaisir la défaite de Farouk Hosni.

Le même jour, en lisant les commentaires laissés par des Egyptiens sur divers sites Internet, je constatai également que la plupart se disaient satisfaits de cette défaite. Cela me parut étrange, car les Egyptiens sont très attachés à leur pays et éprouvent de la fierté chaque fois que l’Egypte remporte un succès sur la scène internationale. Je me souviens encore de l’immense vague de joie qui avait déferlé d’un bout à l’autre du pays à l’annonce officielle de l’attribution du prix Nobel de littérature à Naguib Mahfouz. Lorsque Ahmed Zewail remporta un Nobel de chimie, j’eus l’occasion de l’accompagner dans ses déplacements en Egypte et fus le témoin de l’accueil enthousiaste qu’on lui réservait partout où il allait.

Pourquoi les Egyptiens se sentiraient-ils fiers d’Ahmed Zewail et de Naguib Mahfouz, alors que beaucoup d’entre eux ont accueilli avec satisfaction la nouvelle de la défaite de Farouk Hosni à l’élection du directeur de l’Unesco ? Aurait-il été victime d’une conspiration sioniste visant à l’écarter ? Quelque trahison aurait-elle précipité sa défaite au dernier tour ? Je résumerai la réponse dans les points suivants.

Le ministre Farouk Hosni n’a jamais été élu par les Egyptiens. Lorsqu’il fut nommé, c’était un parfait inconnu, tant sur le plan artistique – Hosni est peintre – que politique, et il est resté à son poste depuis vingt-deux ans non parce que les Egyptiens apprécient son action, mais parce qu’il bénéficie du soutien du président Moubarak. Du fait que le président Moubarak dirige le pays depuis trente ans sans s’être présenté une seule fois à une véritable élection, les Egyptiens estiment que Farouk Hosni fait partie du régime qui leur est imposé, un régime qui, par sa corruption, son ineptie et son despotisme, est la cause de la misère dans laquelle vivent des millions d’Egyptiens.

En ce qui concerne en revanche Ahmed Zewail, Naguib Mahfouz, Magdi Yacoub et d’autres de leurs compatriotes internationalement reconnus, les Egyptiens les aiment parce que ce sont des hommes indépendants qui ont lutté pour réaliser ce qu’ils ont fait, en dehors du régime et, parfois même, en dépit du régime.

La candidature de Farouk Hosni au poste de directeur général de l’Unesco s’est accompagnée d’une intense campagne médiatique, comme s’il menait une bataille décisive dont dépendait le sort du pays. Il y a deux raisons à cela : tout d’abord, comme c’est le président Moubarak lui-même qui l’a sélectionné pour être candidat, l’auguste souhait présidentiel a justifié la mobilisation des rédacteurs et des responsables gouvernementaux afin d’appuyer et acclamer Farouk Hosni. La seule tâche de ces gens est de battre le tambour pour tout ce que veut, dit ou même pense le président.

La seconde raison est que Farouk Hosni a réussi à rallier de nombreux intellectuels au régime, au sens où il les a directement liés au ministère de la culture par des intérêts sonnants et trébuchants, qui vont des contrats temporaires signés avec de jeunes intellectuels jusqu’aux congés exceptionnels complaisants, aux projets superflus et aux commissions fantômes dont les membres sont comblés d’avantages visant à s’assurer leur loyauté, sans oublier les intellectuels de renom à qui le ministère verse de grosses sommes d’argent au motif qu’il les emploie comme consultants.

Farouk Hosni s’est donc constitué sur la scène culturelle égyptienne une véritable milice armée toujours prête à le défendre, qu’il ait raison ou pas. Ces gens ont bien entendu tout fait pour manifester leur enthousiasme à l’annonce de la candidature du ministre, sans s’interroger sur ses réelles capacités à occuper le poste.

Farouk Hosni incarne parfaitement l’image du responsable d’un régime despotique. Tout ce qui lui importe est de plaire au président afin de conserver sa place au gouvernement. Il est prêt à y parvenir par tous les moyens et à n’importe quel prix, et il a un talent remarquable pour défendre avec le même enthousiasme une idée et son contraire.

Les exemples sont innombrables : il a défendu la liberté d’expression pendant la crise déclenchée par le roman Le Festin des algues de mer, de l’écrivain Heidar Heidar, mais n’a pas hésité ensuite à faire saisir trois livres pourtant imprimés par le ministère de la culture. La personne responsable de leur publication fut limogée. Hosni ordonna ensuite la saisie des exemplaires du Da Vinci Code et interdit que le film tiré du livre soit projeté en Egypte.

Lors d’une rencontre avec des députés membres des Frères musulmans, le ministre fit sa célèbre remarque où il promettait de brûler les livres israéliens, avant de se rétracter et d’exprimer ses excuses dans un article publié dans Le Monde. Voulant prouver sa tolérance à l’égard d’Israël, il invita alors le chef israélien Daniel Barenboim à diriger un concert à l’Opéra du Caire, passant ainsi outre à l’interdiction de toute normalisation avec Israël – interdiction dont il s’était targué peu avant de l’appliquer rigoureusement. Personne ne peut donc prétendre connaître les véritables opinions de Farouk Hosni, car il ne fait pas ce qu’il croit être juste, mais ce qui lui permet d’atteindre ses objectifs.

Alaa Al-Aswany, écrivain égyptien.