Hasni Abidi

Nota: Este archivo abarca los artículos publicados por el autor desde el 1 de mayo de 2009. Para fechas anteriores realice una búsqueda entrecomillando su nombre.

Tous les ingrédients d’une nouvelle déflagration au Moyen-Orient sont désormais réunis. L’accord scellé entre Washington et Riyad en mai 2017 ne laisse aucun doute sur les intentions de Donald Trump de pousser les Iraniens à la faute. En Arabie saoudite, l’homme fort est désormais le prince héritier Mohammed ben Salmane, dit MBS. Ambitieux, et pressé lui aussi d’en finir avec l’héritage de Barack Obama, il considère que son pays a été négligé par l’ancienne administration démocrate, qui était soucieuse de normaliser les relations avec Téhéran.

Politique étrangère saoudienne

A l’origine de la rivalité irano-saoudienne, il y a notamment, même si ce n’est qu’un prétexte, le vieux clivage sunnisme-chiisme.…  Seguir leyendo »

Le monde arabe est-il entré dans une phase de dépression post-révolutionnaire? Force est de constater que la déception est grande: impasse sur le plan international, incertitude sur le plan intérieur… La transition traverse des turbulences qui risquent de compromettre le processus de reconstruction politique. Les inquiétudes font toutefois partie intégrante de toute transition démocratique et les pays arabes ne sont pas les premiers à en vivre une.

L’enthousiasme suscité au début du mandat de Barack Obama par son discours du Caire avait fait renaître l’espoir dans cette partie du monde. L’élection d’un président américain jeune et issu de la communauté noire avait créé de fortes attentes après les mauvais souvenirs laissés par les deux mandats républicains des George Bush, père et fils.…  Seguir leyendo »

Où est-elle passée, cette communauté internationale face aux massacres des civils en Libye? Depuis les premières manifestations dans la ville de Benghazi, aucune réaction européenne n’a été à la hauteur des événements. Sans parler du silence complice des régimes arabes et des institutions internationales.

Pourtant, Tripoli était qualifié d’Etat voyou. Le régime libyen a soutenu tous les mouvements qui prônent la violence, affichant publiquement son soutien à l’IRA, aux zapatistes et à tant d’autres. Le réalisme politique est-il donc de retour à Bruxelles?. Jamais un Etat n’a été entouré d’autant de mystères et d’opacité que l’a été la Jamahiriya libyenne. Non seulement le régime de Tripoli a toujours entretenu une ambiguïté sur sa gestion des affaires, mais il interdit la moindre remise en question de son règne.…  Seguir leyendo »

Les gouvernements arabes ont échoué sur tous les fronts: faillite de l’Etat développeur, miné par sa nature patrimoniale et grevé par les rentes de situation; faillite de la libéralisation économique, mise au service d’une oligarchie égoïste qui en a ignoré les conséquences sociales; faillite de régimes sclérosés, qui ont eu recours à des aménagements de façade et à des ouvertures au rabais afin de vendre à l’étranger leur image de garants d’une stabilité devenue obsessionnelle pour l’Occident, au lieu d’engager des réformes véritables; faillite, enfin, des grands projets politiques, avec les naufrages successifs des tentatives unitaires, les défaites répétées face à Israël, la désintégration de l’Irak, la scission du Soudan… Le citoyen arabe se retrouve démoralisé, fatigué des slogans creux et accablé d’un indéfectible sentiment d’humiliation.…  Seguir leyendo »

On s’inquiète aujourd’hui du sort des chrétiens du monde arabe. C’est même devenu un thème récurrent chaque fois qu’un attentat vise une église, en Irak, ou que les Coptes égyptiens font l’objet de nouvelles brimades. Les médias ne cessent d’annoncer la disparition ou le départ généralisé des chrétiens d’Orient comme une perspective “imminente” ou “inéluctable”. Pourtant, ce qui se passe n’est pas tout à fait nouveau. Il y a longtemps, et ce n’est un secret pour personne, que certains chrétiens du Liban ne sont pas en odeur de sainteté. L’équilibre entre les différentes communautés qui composent les sociétés du Moyen-Orient a toujours été fragile et sujet aux renversements d’alliances tactiques.…  Seguir leyendo »

Au lendemain du vote contre les minarets, un de mes étudiants m’a demandé : “Que peut-on encore faire pour dire aux Suisses qui ont voté en faveur de cette interdiction que nous ne sommes pas ceux qu’ils croient ?” Ma réponse a été immédiate : d’abord accepter le résultat de la votation populaire. Il ne suffit pas de vanter les mérites de la démocratie directe helvétique ; il faut aussi en assumer les conséquences, même quand elles font mal.

Ce ne sont pas seulement les musulmans qui ont perdu, dimanche 29 novembre, mais tous les démocrates. Les musulmans de Suisse ont perdu une partie déloyale.…  Seguir leyendo »