Articles en Français

Le 23 mai, lorsque l’Assemblée mondiale de la santé se réunira à Genève, ses membres éliront le nouveau directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), responsable d’améliorer la santé de 7 milliards d’individus.

Réformes nécessaires

La santé est un bien précieux que nous devons préserver soigneusement. Ce n’est pas une tâche facile et nous dépendons tous de nos gouvernements pour nous aider. C’est un défi quand certains systèmes de santé manquent de tout, quand de nouvelles maladies apparaissent inopinément et quand des super-virus émergent et résistent aux antibiotiques. L’OMS peut aider les pays à affronter ces défis mais, pour être le plus efficace possible, elle doit passer à la vitesse supérieure.…  Seguir leyendo »

Ce sont des événements qui semblent disparates, si ce n’est le fil politique qui les relie. L’Institut du monde arabe (IMA) présente jusqu’au 2 juillet la première exposition à Paris de la Fondation Barjeel, créée par le sultan Sooud Al-Qassemi : politologue et chroniqueur, celui-ci réunit depuis 2010 une anthologie de la création dans les pays musulmans – artistes des diasporas compris – comptant un millier d’œuvres. Le même IMA a accueilli le 27 mars une présentation de l’ouvrage d’un autre politologue, Alexandre Kazerouni : Le Miroir des cheikhs. Musée et politique dans les principautés du golfe Persique (PUF, 272 p., 29 euros), propose une analyse de l’apparition de grands musées fondés sur le modèle occidental au Qatar et à Abou Dhabi.…  Seguir leyendo »

A l’aube de l’élection présidentielle et trente-sept ans après son installation, le régime des ayatollahs en Iran fait face à une grave crise interne à la fois au niveau politique et économique. Avec le départ attendu de son leader malade, l’ayatollah Ali Khamenei, le risque d’un coup d’Etat au sein du régime et d’une période d’instabilité, voire de chaos, se profile de plus en plus à l’horizon.

Contrairement à l’image d’un Iran puissant et stable que l’on se fait de l’étranger, le régime traverse une période de grave crise économique et d’incertitudes politiques accompagnées de tensions internes et de vif mécontentement populaire sans précédent depuis son installation.…  Seguir leyendo »

De la sueur, du sang, des larmes ! L’austérité économique serait l’unique réponse face à la crise selon le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, qui a encore appelé la France à réduire la dépense publique en début de semaine dernière. Il faudrait courber l’échine, se repentir de nos politiques sociales dispendieuses, travailler plus, gagner moins, s’appauvrir avec sérieux. Le discours est rodé, relayé encore et toujours, comme une fatalité économique : soyons raisonnables, austères.

Et pourtant l’austérité est un leurre. A tous les niveaux. Ceux qui vous racontent cette histoire le savent d’ailleurs parfaitement. L’austérité, c’est l’abaissement du travail, c’est l’appauvrissement des plus pauvres, des emprunteurs, des jeunes, de la France de demain.…  Seguir leyendo »

La récente élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République française constitue une chance historique pour l’Europe. Peut-être la dernière. Un échec d’Emmanuel Macron marquerait l’échec du projet européen.

On peut dès à présent voir comment l’hostilité vis-à-vis de l’Union européenne (UE) et le ressentiment culturel à l’égard de l’Allemagne ont atteint un niveau historiquement élevé au cours de cette campagne présidentielle. En entendant Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon, on a parfois l’impression d’être revenu au temps des antagonismes nationaux, tels qu’ils existaient à la veille de la première guerre mondiale. Comme si le refoulé nationaliste remontait à la surface.…  Seguir leyendo »

L’élection d’Emmanuel Macron soulève de grands espoirs dans toute l’Europe. De fait, une victoire de Marine Le Pen aurait provoqué un cataclysme et sans doute porté un coup très sévère, si ce n’est fatal, à la construction européenne. Mais l’avenir de l’Europe ne se joue pas seulement à Paris ou Berlin et ne saurait se cantonner au respect de prétendument sacro-saints canons budgétaires. Ce qui se joue aux marges de l’Europe, notamment dans les Balkans, est tout aussi décisif, comme l’Histoire, hélas, a eu à plusieurs reprises l’occasion de le montrer.

Heureusement, tout n’est pas négatif dans les Balkans, même si des tensions sont de nouveau à déplorer.…  Seguir leyendo »

On peut aisément dire aujourd’hui que le symptôme le plus essentiel de la campagne présidentielle qui vient de s’achever a d’abord éclos quand Marine Le Pen, la première, a introduit à propos d’Emmanuel Macron le stigmate infamant du « banquier Macron », suivie par Dupont-Aignan, annonçant qu’il ne donnerait pas « la France à la Bourse de Paris, c’est-à-dire à M. Macron ».

Ce symptôme nous a rappelé que le fascisme est aussi un racisme de classe. Les Déat, les Doriot tenaient le même discours anti-oligarchie que celui de Le Pen, avec le même souci d’établir, parallèlement à un racisme ethnique, l’identification personnelle des ennemis du peuple à une faction économique.…  Seguir leyendo »

A l’heure de la victoire d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle, la question de l’Europe reste entière et n’a sans doute pas fini de diviser les Français. Or pourquoi ce problème focalise-t-il tant de crispations, sinon parce qu’il engage la question même de l’identité ? Pour le comprendre, il n’est pas inutile d’évoquer l’Europe des années 1930.

A cette époque l’idée de l’Europe est celle du combat engagé contre les nationalismes, à commencer par celui que défendit, en France, Charles Maurras, le fondateur de l’Action française. D’aucuns s’étonneront que la situation de l’Europe des années 1930 puisse éclairer notre présent. Ils auront tort.…  Seguir leyendo »

Alors qu’elle participe depuis 2009 à l’Assemblée mondiale de la santé (AMS) en tant qu’observateur, cette année, Taïwan sera exclue de cet organe décisionnel de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui se tiendra à Genève du 22 au 31 mai, pour la simple raison que l’OMS ne lui a pas envoyé d’invitation.

Mais est-ce bien raisonnable? C’est effectivement la question qu’on peut se poser lorsqu’on examine ce que Taïwan est à même d’apporter à la communauté internationale dans le domaine de la santé publique.

Rappelons que Taïwan est passé en moins de cinquante ans du statut de pays en développement particulièrement touché par les maladies infectieuses à celui de pays ayant éradiqué le paludisme ou encore la poliomyélite et possédant aujourd’hui un système de santé dont la qualité et l’accès n’ont rien à envier à la France ou à la Suisse.…  Seguir leyendo »

Si les émotions sont fondamentales dans l’expérience humaine, leur compréhension l’est aussi dans la conception des technologies de demain. Située au carrefour de l’informatique, du big data, de la psychologie et des sciences cognitives, l’« informatique affective » (« affective computing ») a tout pour séduire les jeunes ingénieurs en quête de nouveaux défis.

Ce domaine de recherche interdisciplinaire étudie l’interaction entre technologie et sentiment. Ses applications commencent aujourd’hui à se démocratiser : citons, par exemple, le basique détecteur de sourire des smartphones ou bien les assistants question-réponse Siri, Cortana ou Alexa, bientôt capables de percevoir l’état émotionnel d’un interlocuteur.

De passionnantes possibilités d’applications

Si certaines écoles d’ingénieurs s’intéressent aujourd’hui vivement à ce domaine, c’est qu’il met en jeu les plus récents développements des technologies du numérique, comme le big data ou le « machine learning » (« apprentissage automatique », capable d’extraire de l’information dans des bases de données afin de construire un modèle décisionnel).…  Seguir leyendo »

L’usage morbide, par certains, de Facebook Live a amené son fondateur à annoncer précipitamment le recrutement de 3 000 modérateurs supplémentaires. Il est vrai que l’intelligence artificielle (IA) est bien en peine de reconnaître des contenus violents, surtout diffusés en direct.

Le quotidien affreux de ces modérateurs, contraints de visionner des horreurs à longueur de journée, mériterait pourtant qu’on les remplace vite par des machines !

L’IA ne peut pas tout, mais là où elle peut beaucoup, on la maudit, accusée de détruire nos emplois, de remplacer la convivialité humaine. Ce débat repose sur un malentendu.

Il vient d’une définition de l’IA qui n’a, dans la réalité, jamais pu être mise en pratique : en 1955, elle était vue comme la création de programmes informatiques qui, quoi qu’on leur confie, le feraient un jour mieux que les humains.…  Seguir leyendo »

Si l’élection présidentielle française a passionné toute l’Europe, c’est que son issue était déterminante pour tout le continent. Avec la victoire d’Emmanuel Macron, la France vient d’interrompre la séquence Brexit-Trump tout en relançant l’intégration européenne. Mais cette élection consacre aussi la victoire en politique des mouvements sur les partis.

Il est en effet difficile, voire presque impossible, de penser que les partis politiques traditionnels, en France comme dans beaucoup d’autres pays européens, puissent continuer comme si de rien n’était.

Même en s’ouvrant à la participation la plus large, avec deux primaires très réussies sous tous les aspects, les grands partis, piliers de la VRépublique, sont eux aussi en train de vivre une première − une bien triste première −, celle de ne pas avoir été présents au second tour.…  Seguir leyendo »

Il y a du nouveau en France: un nouveau système pour désigner le président de la république. Ni plus réellement une démocratie, ni une dictature, c’est quelque chose qui n’a pas encore de nom. Un acronyme ou un mot porte-manteau construit de «démocratie», «dictature» et «ploutocratie» ferait bien l’affaire.

Le mécanisme fonctionne ainsi: des patrons de grands groupes financiers, industriels et commerciaux, ainsi que d’éminents conseillers habitués de l’Elysée, de Matignon et de Bercy ont choisi le futur président de la république — Emmanuel Macron, en l’occurrence — et l’ont instruit de sa mission. Ensuite ces oligarques ont mobilisé l’Etat, le gouvernement, la justice, les médias, les communicants, les artistes, les cachetiers, les sondeurs, les sociétés de Paris et les grands noms de la société civile pour le porter à la magistrature suprême.…  Seguir leyendo »

Emmanuel Macron se différencie de Charles de Gaulle d’abord par un détail: le premier est de loin le plus jeune président de la Ve République, élu peu avant ses 40 ans, le second le fut à près de 68 ans. Valéry Giscard d’Estaing, jusqu’à aujourd’hui le benjamin sous cet angle, l’a été à 48 ans, Nicolas Sarkozy avait 52 ans, Georges Pompidou et François Hollande 58, Jacques Chirac 63 et François Mitterrand 65. Ce nonobstant, la précocité du nouvel occupant de l’Elysée n’empêche pas maints observateurs de tirer un parallèle avec le doyen des présidents de la République française.

Là où la comparaison pèche, c’est lorsque l’on met en balance la situation du général revenant à la tête du gouvernement le 13 mai 1958, puis à la présidence le 8 janvier 1959, et celle du chef d’En marche!…  Seguir leyendo »

Battue, Marine Le Pen n’est pas défaite. Ces deux dernières semaines ont conféré à ses obsessions une caisse de résonance sans précédent. La violence du débat public, la mise au rebut des deux grands partis de gouvernement et, surtout, la faillite du front républicain sont autant d’heureux présages pour une candidate sonnée, mais déjà prête à rebondir. L’annonce d’un changement de nom du parti et du redéploiement des alliances en direction de la droite classique prépare une campagne législative mouvementée. Les près de 11 millions d’électeurs rassemblés – un score historique – fournissent un tremplin en vue de cette nouvelle échéance.…  Seguir leyendo »