Articles en Français

Lundi matin, 16 octobre, ce que l’on redoutait s’est produit : des unités paramilitaires, appuyées par des éléments de l’armée irakienne, ont attaqué dans la zone de Kirkouk. L’armée prétendument « fédérale » de Bagdad a mis ses menaces à exécution et, au risque de ruiner pour toujours les chances d’une coexistence avec les Kurdes, a répondu au référendum pacifique du 25 septembre par une stupéfiante et vengeresse action de force.

Hier, c’était Saddam Hussein opérant par le gaz et les déportations. Aujourd’hui, ce sont eux, ses successeurs chiites à la solde de Téhéran, qui font donner les chars, les howitzers [canons] et les katiouchas [roquettes] contre les champs pétrolifères et, donc, le poumon du Kurdistan.…  Seguir leyendo »

Bien que le Kurdistan reste officiellement une partie de l’Irak jusqu’à aujourd’hui, cela fait un quart de siècle qu’il est une sorte d’Etat. Il dispose de son propre Parlement, d’un gouvernement et d’un président ; il possède un drapeau, un hymne national et ses propres jours fériés ; il a ses propres forces militaires, appareils de sécurité et forces de police.

Pareillement, le pétrole, au cœur de son économie, est produit et vendu de façon indépendante. Il a enfin des bureaux de représentation à l’étranger, qui furent librement utilisés sous l’ère post-Saddam Hussein.

Cependant, ce que la région ne connaît malheureusement pas, c’est exactement ce qui fait fanfaronner un groupe d’intellectuels européens : la démocratie.…  Seguir leyendo »

Le droit à l’autodétermination, reconnu par les Nations unies et le droit international, n’implique pas nécessairement celui à l’indépendance. Amorcé après la première guerre mondiale avec le démantèlement des grands empires européens multinationaux – Autriche-Hongrie et Empire ottoman –, ce droit des peuples à disposer d’eux-mêmes a été rappelé dès l’article premier de la Charte de l’ONU, en 1945, puis institutionnalisé dans les années 1960 lors de la grande vague des décolonisations. Mais les Nations unies, en même temps, n’ont cessé de rappeler le principe fondateur du droit international public : celui des Etats à préserver leur intégrité territoriale.

« Le droit à l’autodétermination pose surtout beaucoup de questions aussi bien sur sa nature que sur la manière dont il s’exerce et sur la définition même du peuple consulté », souligne Serge Sur, professeur émérite de droit international à l’université Panthéon-Assas et rédacteur en chef de la revue Questions internationales.…  Seguir leyendo »

Ce qui suit se base sur une série de discussions avec une amie juriste espagnole, passionnée d’histoire; cela représente une lecture et un angle d’approche d’une question à variables multiples, qui se crispe périodiquement, au détriment d’une perspective de la “longue histoire”, qui elle, n’oublie pas que la centralisation d’un état n’a rien de “naturel” ou de pré-determiné.

“Le problème par rapport à l’indépendance catalane est qu’à Madrid et dans le reste du pays (à part la Catalogne) on aimerait bien oublier ce qui s’est posé jusqu’en 1700 (la date du début de la guerre de succession de l’Espagne) et en Catalogne, ce qui a pu se poser depuis…” Qu’est ce que cela veut dire?…  Seguir leyendo »

Proclamer l’Indépendance de la Catalogne pour la suspendre une minute plus tard ? Voilà qui paraît surprenant, et même incompréhensible. Dans le camp indépendantiste, c’est la stupeur : l’opinion est désorientée et la coalition nationaliste menace d’éclater.

Dans le camp anti-indépendance, même surprise : Ciudadanos considère la proclamation comme actée, les socialistes catalans font valoir qu’on ne peut suspendre une indépendance non votée par le Parlement. Mariano Rajoy demande une explication sous quatre jours : le Rubicon a-t-il été franchi ? Si oui, il appliquera l’article 155 de la Constitution espagnole qui autorise l’Etat central à prendre en main l’administration de la Généralité… sans formellement la suspendre !…  Seguir leyendo »

Selon une doxa solidement ancrée au péché originel d’impérialisme inhérent à toute menée militaire extérieure, MM. Sykes et Picot seraient à l’origine de nos maux les plus délétères depuis un siècle. Leur crime: avoir couché sur papier en 1916 un projet de partage des territoires ottomans du Moyen-Orient arabe entre deux acteurs majeurs de la victoire sur les puissances centrales dans la Grande Guerre. Et donc d’avoir vicié, ab initio, de futures bonnes relations entre l’Orient et l’Occident, l’islam et la chrétienté, les Anciens et les Modernes.

On ne saurait surestimer le legs de l’accord scellé entre la Grande-Bretagne et la France, le 16 mai 1916, selon ces Cassandre.…  Seguir leyendo »

Le référendum catalan du 1er octobre et la déclaration d’indépendance, le 10, immédiatement suspendue par le chef du gouvernement de la communauté autonome, Carles Puigdemont, ont suscité une forte médiatisation en France. Si quelques voix mesurées et nuancées ont pu se faire entendre, l’énorme majorité des prises de position développe un argumentaire dont nombre d’éléments tiennent peu compte de la réalité.

Le référendum n’est pas un coup de tonnerre dans un ciel sans nuages. Cette crise était prévisible. Elle s’appuie sur la convergence entre un sentiment profond de la société catalane et un ensemble de faits récents.

La Catalogne se considère très largement comme une nation.…  Seguir leyendo »

Un immense espoir a illuminé l’adolescence et la plus grande partie de l’âge adulte de ceux qui ont connu l’arrivée des Américains qui ont chassé les nazis. L’espoir de l’apparition d’un monde nouveau avec la création d’une Europe en paix, unie, en voie peut-être de se fédérer, les Etats-Unis défaits de leur vision binaire et de l’illusion de la toute-puissance après la guerre du Vietnam. Puis l’effondrement de l’empire soviétique, une pacification intérieure en Chine et l’éveil démocratique de grands continents comme l’Inde et l’Amérique du Sud. L’ONU, qualifiée de «machin» par le général de Gaulle, avait quand même servi à quelque chose avec son Conseil de sécurité et ne connaissait pas le sort de la SDN.…  Seguir leyendo »

Même si le président de la Catalogne, Carles Puigdemont a pris soin dans sa déclaration alambiquée du 10 octobre, de ne fermer aucune porte, cette indécision feinte continue de faire ressurgir les fantômes du passé, rappelant à l’Europe son impuissance, il y a un quart de siècle, à empêcher la grande conflagration dans les Balkans.

En 1991, la Croatie avait, elle aussi, suspendu sa déclaration d’indépendance unilatérale de la Yougoslavie (qu’elle avait certes déclarée au préalable), avant que la déraison ne l’emporte, entraînant un cycle de guerres et violences en Croatie, Bosnie, Kosovo et même jusqu’en Macédoine pendant dix ans.

Aujourd’hui, si les guerres des Balkans semblent loin, leurs conséquences sur la région sont encore réelles.…  Seguir leyendo »

Ce mardi 10 octobre, en proclamant ouvert le chemin de l’indépendance, en donnant un temps pour le dialogue et en dénonçant la stratégie de peur déclenchée par Madrid, le président de la région de Catalogne, Carles Puigdemont, a appelé chacun à sa responsabilité. « Nous ne sommes pas des fous, pas des putschistes », mais « un peuple ne peut accepter un cadre qui ne lui convient pas ». L’Europe restera-t-elle sourde, une fois encore, à la demande pacifique de cette Catalogne qui réclame depuis quatre siècles le droit de choisir son destin ? L’Espagne persistera-t-elle à jouer le conflit civil au lieu de l’apaisement ?…  Seguir leyendo »

Dommage que les parents du chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, n’aient pas émigré de Galice en Suisse comme les miens. Il aurait certainement géré avec plus d’habileté la crise catalane.

Dans les années 1960, quand la génération de mes parents a débarqué chez vous, elle a goûté à un fruit qui lui était défendu de toucher dans l’Espagne franquiste qu’elle venait de quitter: la démocratie. Surprise, elle vous a observés quand vous vous rendiez plusieurs fois par an dans les bureaux de vote pour y exprimer vos opinions sur des sujets aussi divers que la lutte contre l’alcoolisme ou la pollution des eaux.…  Seguir leyendo »

La crise catalane est une épreuve de force pour l’Espagne, mais également pour l’Union européenne (UE) dans son ensemble. Nombreuses sont les voix qui demandent à cette dernière d’intervenir. Mais la présence de l’Etat espagnol parmi ses membres ainsi que les séparatismes latents dans plusieurs autres pays européens conduisent l’UE à se montrer très prudente.

L’Europe des régions

On peut imaginer que la situation serait très différente si l’Europe s’était construite sur un autre modèle – le fédéralisme. Avec un transfert progressif et raisonnable des missions régaliennes (défense, affaires étrangères) et des outils macroéconomiques (budget européen accompagnant la monnaie unique) à un organe central, les Etats européens pourraient davantage se consacrer aux enjeux «citoyens» touchant à l’environnement, à l’économie régionale et locale, aux transports, etc.…  Seguir leyendo »

Il est des scrutins nationaux qui tiennent l’Europe entière en haleine. Des consultations picrocholines qui prennent un tour existentiel et vers lesquelles, un jour, 500 millions de paires d’yeux se tournent.

Ce fut le cas du référendum sur le Brexit, en juin 2016 ; ou celui de l’élection présidentielle française, ce printemps. C’était, mardi 10 octobre, le cas de la déclaration ultra-médiatisée d’un petit homme étrange dont personne, au nord des Pyrénées, ne savait encore prononcer le nom correctement il y a seulement quinze jours.

Mille journalistes venus du monde entier attendaient sur place, à Barcelone, la déclaration d’indépendance de la Catalogne – ou pas.…  Seguir leyendo »

Pour des raisons personnelles ou professionnelles, l’Espagne est un pays qui nous est proche. Nous y avons vécu ou nous lui avons consacré de longues années d’étude et nous l’aimons. Nous l’aimons dans ce qu’elle signifie pour la culture universelle, nous l’aimons dans sa diversité et surtout nous aimons cette Espagne démocratique qui a su, par-delà des fractures historiques douloureuses, construire un cadre politique stable, prospère et pacifique.

Quarante ans d’élections libres attestent la solidité d’une culture démocratique qui a pu durablement s’épanouir grâce à la contribution généreuse et intelligente des forces politiques, syndicales, culturelles et sociales. Quarante ans de cadre démocratique ont permis à une société plurielle, traversée de sensibilités différentes et opposées, de cohabiter harmonieusement, malgré les tensions inhérentes à toute vie collective.…  Seguir leyendo »

En septembre, après les discours d’Emmanuel Macron sur la Pnyx à Athènes et à la Sorbonne à Paris, la construction européenne était sur le point d’être relancée. Début octobre, pourtant, face à la crise hispano-catalane, quel classicisme et quel immobilisme !

L’Union européenne a bâti la notoriété de sa «marque» sur sa capacité à promouvoir dans l’espace mondial la résolution des différends par l’innovation juridique et le dialogue politique. A telle enseigne que le prix Nobel de la paix lui a été remis en 2012. Qu’est-ce qui peut donc bien justifier que les 27 partenaires de l’Espagne au sein de l’UE déclarent dans un bel ensemble qu’ils n’ont pas à se mêler de la crise catalane ?…  Seguir leyendo »