Francia

An activist held a placard accusing the Macron government of state violence during clashes between protesters and France’s security forces, on April 15. People were occupying land where an airport was supposed to be built.CreditDamien Meyer/Agence France-Presse — Getty Images

On April 23, 2017, Emmanuel Macron stunned the world by leading in the first round of a presidential election that had looked unwinnable by him. He went on to win the second round and carry his movement, En Marche!, to a landslide victory in parliamentary elections. France, the new young president promised, was finally ready to be transformed and would soon be fit for the 21st century.

A year after his first victory, the French president is on a state visit to Washington, and is a changed man. He has turned 40 and has toured the world, where he can still bask in appreciation.…  Seguir leyendo »

To Change a Country, Change Its Trains

President Emmanuel Macron of France, on a quest to liberalize the economy, has now confronted a towering foe that has humbled would-be reformers before him: the railway unions.

Mr. Macron wants to turn the state-owned company, SNCF, into a joint stock enterprise and rein in the benefits and pay raises given to railway workers, some of whom can retire on a pension at as young as 52. The unions have responded with a rolling strike that will last into June and could threaten the commutes of the railways’ 4.5 million daily passengers. Mr. Macron is gambling that he can win the contest of public opinion.…  Seguir leyendo »

En ce cinquième anniversaire de la promulgation de la loi n° 2013-404 ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe, et à quelques semaines du début des travaux parlementaires sur la révision des lois de bioéthique, une mise en perspective des enjeux politiques s’impose. Celle-ci est d’autant plus importante que, malgré un changement apparent, le même paradigme conservateur hostile au pacs et au mariage pour tous réapparaît sur la scène publique.

Tout d’abord, il ne faut pas oublier que l’objet de la controverse ne fut pas tant le mariage gay que sa principale conséquence : la filiation homoparentale. Il semble nécessaire de rappeler que la production d’arguments contre l’égalité des filiations homoparentales ne provenait pas de la droite réactionnaire mais plutôt de la gauche socialiste.…  Seguir leyendo »

En el principio fue la Revolución francesa. Hubo antes la revolución inglesa, Cromwell y -en 1649- otra decapitación regia, pero esto no importa. Lo quiera o no, la palabra revolución evoca la mañana parisina del 14 de julio de 1789, cuando el arrabal de Saint Antoine tomó la Bastilla decidido a cambiar completamente la faz de la tierra. Sólo a partir de la Revolución francesa la palabra revolución significa “transformación radical”, “cambio total del mundo”, “novedad absoluta”. Pero la palabra revolución tiene otro significado que le es más originario. El término revolutio aparece, en la antigüedad cristiana, como sustantivación del verbo revolvere, con el sentido de “volver a girar” para movimientos de rotación circular.…  Seguir leyendo »

May 1968 Riots in Paris

For fifty years, the events of May–June 1968 in France have had a collective hero: the striking students and workers who occupied their factories and universities and high schools. They’ve also had a collective villain, one within the same camp: the French Communist Party (PCF) and its allied labor union organization, the Confédération Générale du Travail (CGT), which together did all they could to put a brake on a potential revolution, blocking the students and workers from uniting or even fraternizing.

This reading of the events is often found in histories, most recently Ludivine Bantigny’s 1968. De Grands soirs en petitsmatins.…  Seguir leyendo »

Estuve en el París de mayo de 1968 y vi con asombro, sin terminar de creer en lo que estaba viendo, cómo los jóvenes estudiantes, en su rebelión entre surrealista y neoanarquista contra los diez años de gobierno del general De Gaulle, sacaban los adoquines de las calles y formaban cadenas humanas para llevarlos a los techos de los edificios. Eso permitía bombardear mejor a las fuerzas especiales de la Policía y encontrarse, de paso, con las arenas de la playa por debajo de la ciudad, como se anunciaba en esas extravagantes jornadas: adivinar en la distancia, en la bruma, el mar agitado de las revoluciones.…  Seguir leyendo »

A poster reading “I am a Jew” during a demonstration in Paris last month after the killing of an 85-year-old Jewish woman.CreditThibault Camus/Associated Press

Here’s some news you might find surprising: By and large, the French like Jews.

Yes, there have been despicable anti-Semitic crimes here, and there are enduring stereotypes. But 85 percent of the French have a favorable view of Jews, the same as the British do, according to the Pew Research Center. Since 1990, France’s national human rights commission has annually ranked Jews as the one of the country’s most accepted minorities. In polls, most French people say the state should vigorously combat anti-Semitism.

That’s little solace to the family of Mireille Knoll, the 85-year-old Holocaust survivor who was stabbed to death last month in her Paris apartment in an apparent hate crime.…  Seguir leyendo »

Ocupaciones parisienses en Mayo del 68

Durante aquel inolvidable mes lo que realmente pasó en mayo del 68 ha entrado en la categoría de leyenda o de «gesta». Y por si fuera poco, sin gastos. Queríamos soñar tanto que nos despertábamos después.

Pero toda pasión ¿no supone un juego con la muerte? Por lo que en Moscú repitieron (como auténticos especialistas; ¡a lo bestia!) «mayo del 68 no es revolucionario: porque no hubo muertos».

Casi increiblemente «Mayo del 68» comenzó el 22 de Marzo de 1968. Por eso sus mandos se alzaron como el «Mouvement du 22 mars». Pero más finamente también se llamaron los «enragés», palabra que acarreó muchos problemas para encontrar su traducción hispánica e incluso pánica.…  Seguir leyendo »

A Pointe-à-Pitre, en mai 1967. Photo DR

En Guadeloupe, les «événements de Mai» eurent lieu en 1967. Et la répression fut bien plus sanglante que celle qui sévit, un an plus tard, dans les commissariats des alentours du Quartier latin, à Paris.

En mai 1967, à Pointe-à-Pitre, la situation dégénéra à l’occasion d’une grève des ouvriers du bâtiment qui réclamaient une augmentation de salaire. Des émeutes ensanglantèrent la ville principale de la Guadeloupe à la suite d’une véritable fusillade et de «ratonnades» à l’encontre de la population civile. Jacques Nestor, militant très populaire du Groupe d’organisation nationale de la Guadeloupe (Gong), une organisation nationaliste très active sur le terrain de la propagande, est abattu dès le début des affrontements, ce qui déclenche une véritable insurrection urbaine.…  Seguir leyendo »

A pin with a portrait of Mireille Knoll, at a march in Paris on Wednesday in response to her murder.CreditGonzalo Fuentes/Reuters

It’s no rare thing for the Israeli prime minister to enrage the Jews of the diaspora. But three years ago, Benjamin Netanyahu delivered a speech that won him near-universal condemnation.

In the aftermath of several deadly attacks in European cities like Paris and Copenhagen, Mr. Netanyahu called on Jews to leave Europe. “Of course, Jews deserve protection in every country. But we say to Jews, to our brothers and sisters: Israel is your home,” he said, echoing comments he had made more subtly the month before at Paris’s Grand Synagogue.

Mr. Netanyahu’s suggestion of “mass immigration” was “unacceptable,” said Rabbi Menachem Margolin, the head of the European Jewish Association.…  Seguir leyendo »

Are the French the New Optimists

When people used to ask me what I missed about America, I would say, “The optimism.” I grew up in the land of hope, then moved to one whose catchphrases are “It’s not possible” and “Hell is other people.” I walked around Paris feeling conspicuously chipper.

But lately I’ve had a kind of emotional whiplash. France is starting to seem like an upbeat, can-do country, while Americans are less sure that everything will be O.K.

Cynicism has deep roots in France. In the 18th century, Voltaire mocked optimists for their naïveté and celebrated pessimists for their lucidity. He’s still part of the national curriculum for French eighth-graders, and the râleur — the dissatisfied, grumpy whiner — remains a national archetype.…  Seguir leyendo »

Boulevard Saint-Michel en Mai 68. Photo Keystone France

Ils n’étaient pas sur les barricades du Quartier latin, ni même étudiants à Nanterre, ils ne s’appelaient pas Geismar ou Cohn-Bendit mais leur existence a tout autant basculé avec 68. Militants ordinaires des années folles du gauchisme, du féminisme, du syndicalisme, ils ont consacré leur vie à la transformation sinon du monde, du moins de la société. Pour la première fois, un travail de sociologie politique d’envergure donne une photographie précise des soixante-huitards et de leurs parcours. Qui étaient-ils ? Que sont-ils devenus ? Quelles ont été les conséquences de leur engagement sur leurs vies professionnelles et privées ?

Fruit de cinq années d’enquêtes menées par une trentaine de politistes et de sociologues, Changer le monde, changer sa vie, que publient ce 22 mars les éditions Actes Sud, dresse le portrait inédit de la France militante des années 70, loin de Paris, à travers cinq villes : Lille, Marseille, Lyon, Rennes, Nantes.…  Seguir leyendo »

La « Marianne de Mai 68 ». Photographie prise pendant la manifestation du 13 mai 1968, à Paris. JEAN-PIERRE REY/GETTY IMAGES

Elles avaient les qualités esthétiques, symboliques ou journalistiques pour s’imposer : certaines images viennent immédiatement à l’esprit lorsque l’on pense à Mai 68. Daniel Cohn-Bendit souriant face à un CRS, ou la « Marianne de Mai 68 », ces clichés célèbres représentent, par métonymie, les événements de ce printemps-là. Et pourtant…

Aura symbolique

La « Marianne de Mai 68 », prise par le photographe Jean-Pierre Rey, convoque une autre image (elle-même symbolique), La Liberté guidant le peuple (1830), d’Eugène Delacroix. En 1968, elle ne paraît qu’une seule fois dans un magazine français : Paris Match la publie dans son numéro daté du 15 juin, mais en petit format, dans une double page consacrée à la manifestation unitaire parisienne du 13 mai.…  Seguir leyendo »

Les travaux d’historiens et de sociologues apportent un regard neuf sur le mouvement qui a secoué la France en mai-juin 1968, et remet en cause nombre de lieux communs élaborés au fil des célébrations. Démonstration en six points.

Idée reçue n° 1 : il existe une « génération 68 »

Les jeunes révoltés de Mai 68 se seraient-ils tous convertis au néolibéralisme ? Ce lieu commun ne résiste pas aux recherches récentes. « Un certain nombre de porte-parole autoproclamés ont construit cette idée de “génération 68” sur la base de leur devenir propre », estime la sociologue Julie Pagis. L’historienne Michelle Zancarini-Fournel relève des « absences criantes » dans ce récit : « celle de la banlieue, de Nanterre et de ses libertaires pourtant à l’origine conjoncturelle du mouvement ; absence aussi des catholiques, des immigrés, des paysans et des OS [ouvriers spécialisés] ».…  Seguir leyendo »

A l’époque, c’est encore un voyage. Quarante kilomètres. Quand, au soir du 6 juin, les étudiants de la Sorbonne décident de rejoindre l’usine Renault de Flins (Yvelines), ils sont pourtant nombreux, plusieurs centaines : ils partent soutenir les « camarades » ouvriers menacés d’expulsion par les forces de l’ordre. Affolée par plusieurs mots d’ordre de rassemblement, la police forme des barrages et arrête les automobilistes aux cheveux longs, suspects. Dans la nuit, plus de trois cents personnes sont interpellées. Parmi elles, une moitié d’étudiants, a compté Ludivine Bantigny dans 1968. De grands soirs en petits matins (Seuil, 464 p., 25 euros) : chez les ouvriers, cette entraide « marque les esprits et en bouleverse plus d’un ».…  Seguir leyendo »

Il y a eu sept morts au cours des manifestations de mai-juin 1968, selon la plupart des historiens. L’usage des armes à feu fut exceptionnel. Les forces de l’ordre ont tiré deux fois à balles réelles : le 30 mai, dans le Calvados, tuant un jeune homme, et le 11 juin, devant l’usine de Sochaux à Montbéliard, abattant l’ouvrier-serrurier Pierre Beylot, 24 ans. Les manifestants de rue n’ont pas utilisé d’armes létales. Mais si Mai 1968 n’a pas été une révolution sanglante, ni même une « révolution » au sens classique d’une tentative de renversement politique, ce ne fut pas non plus un « carnaval », un « psychodrame », ou des « saturnales » menées par « la jeunesse dorée du XVIe arrondissement », comme a pu l’écrire Raymond Aron.…  Seguir leyendo »

Mai 1968. Dans sa belle bâtisse du Gers, Mme Vieuzac est victime d’une crise cardiaque. La famille accourt pour un ultime hommage, mais celui-ci va prendre une tournure inattendue… Car le vent révolutionnaire qui souffle sur la capitale propage ses effluves jusqu’à cette campagne cossue, si joliment filmée par Louis Malle dans Milou en mai (1990). Campagne dans laquelle n’apparaît pas le moindre contestataire, laissant croire, comme souvent, que les événements de mai-juin restèrent essentiellement parisiens.

Villes universitaires

Rien de plus faux ! Dans certains cas, la province précéda même la capitale. Toulouse est ainsi la première ville universitaire à avoir réagi au mouvement lancé le 22 mars à la faculté de Nanterre.…  Seguir leyendo »

C’était le printemps. A côté des rangées de platanes bien taillés, des aphorismes ont soudain fleuri sur les murs comme pousse la mauvaise herbe, aussi piquants qu’un chardon des champs, aussi légers qu’un pissenlit duveteux, aussi poétiques qu’un coquelicot au bord d’une autoroute. « Il est interdit d’interdire », « Sous les pavés, la plage », « Jouissez sans entraves », « Ne perdez pas votre vie à la gagner », « L’imagination au pouvoir », « Tout, tout de suite » : ces slogans poético-politiques restent enracinés dans la mémoire collective telle une trace vivace de l’esprit de Mai.

Cerveaux créatifs

Leur succès a contribué à orienter la vision d’une révolution placée sous le signe du refus de l’autorité, de l’individualisme, de la libération sexuelle, de l’éloge du présent.…  Seguir leyendo »

« Jouissez sans entraves », « Plus je fais l’amour, plus j’ai envie de faire la révolution. Plus je fais la révolution, plus j’ai envie de faire l’amour »… Les graffitis inscrits sur les murs de Paris en Mai 1968 ont construit une légende : ce joli mois marquerait l’an I de la révolution sexuelle. Un mythe que déconstruit patiemment Michelle Zancarini-Fournel. « Il faut distinguer les représentations qui se sont imposées au cours des décennies qui ont suivi 1968 et les pratiques réelles de l’époque », prévient l’historienne, qui a dirigé, avec Philippe Artières, 68. Une histoire collective (1962-1981) (La Découverte, 2008).…  Seguir leyendo »

Depuis des décennies, on se repasse le même film. Celui d’une génération d’étudiants qui évoluent dans un tout petit périmètre parisien, entre la Seine et le Luxembourg, la rue d’Ulm et le boulevard Saint-Michel. On raconte l’histoire de ces jeunes gens qui ont décidé, un joli jour de mai, de transformer la cour de la Sorbonne en agora. On évoque en toile de fond les guerres d’Algérie et du Vietnam, la révolution cubaine et les projets de Mao, trame de leur engagement politique. On parle de ces rebelles d’un soir qui se sont convertis au néolibéralisme pour occuper des postes de pouvoir.…  Seguir leyendo »